top of page
Search

group of people posing by a giant tree in Senegal
Amis et guides au pied du Baobab géant !

En 2019, alors que nous avions complètement abandonné toute idée de vacances pour cette année-là, mon mari et moi avons décidé, à la toute dernière minute, de participer à un voyage au Sénégal organisé par l'un de nos bons amis. Nous voilà donc partis, avec un groupe de 12 personnes que pour la plupart nous ne connaissions pas.

Le groupe s'est avéré être composé de personnes extrêmement sympathiques, à commencer par notre guide Ali, la personne la plus gentille que j'ai jamais rencontrée (quoi que sa fille de 4 ans lui volerait aisément cette première place). Le groupe s’est immédiatement soudé et nous voilà tel un groupe d’ados en vadrouille, braillant à tue-tête chantant à tue-tête dans notre minibus et sur les marchés colorés de Dakar – ces derniers mériteraient un poste entier à eux seuls. Ali nous a conduits dans des endroits où il n'avait jamais conduit aucun de ses groupes, y compris dans sa propre maison où sa merveilleuse famille nous a préparé un authentique plat sénégalais, le Thiéboudienne. Je dois dire que c’était le meilleur plat que nous ayons eu pendant ce voyage. Et pour ceux d'entre vous qui n'ont jamais eu de nourriture sénégalaise, ajoutez vite cela à votre liste de « 100 choses à faire avant de mourir ! »

Parmi les nombreuses choses que le Sénégal avait à offrir (histoire, musique, nourriture), j'ai découvert que c'était l'un des meilleurs endroits pour une fanatique de bois et de tissus comme moi ! J’étais à deux doigts de laisser tomber notre magnifique "Madras" pour le tissu "Wax" tout aussi beau et varié). Mais heureusement, je me suis rappelée que je suis une créole et qu’en tant que telle, je devrais pleinement embrasser mes identités multiples et non choisir entre l'une ou l'autre. Et si j’ai réussi à me convaincre de rester raisonnable et de ne pas acheter du bois, je me suis cependant laissé inspirer par le wax et j'ai créé une de mes plus belles paires de boucles d'oreilles : Dakar.


Le Sénégal, un intense mélange de sons, de couleurs, de saveurs et d'odeurs pour enchanter tous vos sens!



12 views0 comments

Découvrez Eugène Mona et la chanson Bwa Brilé. Faites défiler vers le bas pour voir les paroles et leur traduction.



Eugène Mona (1943-1991)

Eugène Mona était un célèbre chanteur, philosophe et rebelle culturel martiniquais. Bien qu'il ait eu de nombreuses occasions de devenir une star internationale, cet homme fier issu des mornes (collines) a choisi de rester en Martinique car il était profondément enraciné dans son pays et voulait garder son lien avec la terre, avec ses racines et avec l'esprit de ses ancêtres. Il était toujours nu-pieds (et souvent torse nu) même pendant ses performances, ce qui lui valut le surnom de « chanteur aux pieds nus ». Fait amusant numéro 1 : Quand ma fille était gamine, nous l'appelions Mona parce qu'elle détestait porter des chaussures... Et pendant que j'écris ces lignes, je me demande si c'est juste une coïncidence si aujourd'hui elle est elle-même une chanteuse extraordinaire… qui a récemment déménagé des États-Unis pour se rapprocher de ses racines. Peut-être devrait-elle se mettre à monter sur scène nu-pieds ? Fait amusant numéro 2 : Mona était passionné par le bois (tout comme moi), et avant de devenir un chanteur célèbre, il était charpentier. Il a même sculpté son propre instrument, la flûte de bambou (que nous appelons en Martinique la flûte des mornes). Mona aimait la musique traditionnelle martiniquaise, mais il aimait aussi le blues et le jazz. C’était un grand fan de Louis Armstrong.

Bwa Brilé, la chanson (1976)

Mona a toujours essayé de sensibiliser ses compatriotes martiniquais à l'importance d’être maître de sa propre identité. Il a lui-même, dès un très jeune âge, abandonné son ancien nom, Eugène Nilècam, précisément à cette fin. Dans la chanson Bwa Brilé, il nous rappelle que les noirs, y compris les plus célèbres d’entre eux, portent des noms de Blancs.

Comme beaucoup de chansons de Mona, Bwa Brilé parle également des conditions de vie en Martinique à l'époque post-coloniale. (La Martinique n'est devenue un département français d'outre-mer qu'en 1946.) Il nous parle des conditions de vie difficiles des pauvres agriculteurs noirs dans la Martinique rurale, nous rappelant qu’ils se levaient à l’aube pour labourer les champs que bien souvent ils ne possédaient même pas. Il commence par chanter « mwen ka maré ren mwen » (je me serre la taille [avec la ceinture du paysan : une corde]) ; une indication certaine qu'il est prêt à affronter une nouvelle journée difficile et qu’il le fera debout ! Il précise que s’il est capable de le faire c’est parce qu'il est bwa brilé (bois brûlé) ; une métaphore de sa peau : noire parce qu’elle est brûlée, mais aussi parce qu’elle a anpil san (elle est riche en sang) et cela le rend fort.


Si vous voulez en savoir plus sur Eugene Mona, regardez ce superbe documentaire de Nathalie Glaudon sur RFO (devenue depuis Martinique Première).

https://www.youtube.com/watch?v=GEBrllkWc5c


Et maintenant que vous avez les paroles, lancez-vous pour le Karaoké (et vous êtes chanceux : nous les avons traduites pour vous):

Kreyol/Français


Lè mwen lévé lé maten - Quand je me réveille le matin

Mwen ka pran bout kod’ la - je saisi ma corde

Mwen ka maré ren mwen - je me serre la ceinture

pou mwen ay fè tren mwen - pour aller labourer le champ

é gadé zannimo mwen - et m'occuper de mes animaux


Lè'y sizè mwen fini - à six heures j'ai terminé

Mwen ka pran gran wou-a - j'attrape la grande houe

Mwen ka lévé zyé mwen - je lève les yeux au ciel

Pou mwen mandé kouraj - afin de demander du courage

"à la divinité " - à la divinité..


pou i pé ba mwen - ...et qu'elle me donne

an mannyè pou mwen pa sa santi - un moyen d'oublier

lanmizè mwen (bis) - ma misère

Bondyé fè mwen pou sa - Le Bon Dieu m'a créé pour cela,

I ba mwen an bwa brilé. - il m'a donné un bois brûlé

I ba mwen anpil san - il m'a donné un sang riche

é mwen byen rézistan - et ça me rend bien résistant

Dapré lé esploitan - selon les exploitants...


man pa bel - ...je ne suis pas beau

i pa bel konpan mwen. - ma compagne n'est pas belle.

Nou pa fèt pou "le luxe" - nous ne sommes pas faits pour le luxe,

pa menm pou "le calice" - pas même pour le calice

nou ni dwatèt admi - n'avons nous le droit d’être admis

dapré sa mwen ka wè, - d’après ce que je vois

é mwen ka tann, é sa listwa kité ba nou, vié frè - et ce que j'entends, et ce que l'histoire nous a laissé mon frère

"dans les archives". (bis) - "dans les archives".


Non nou sé "Bwa Brilé" - Nous sommes "Bwa Brilé"

Tjè nou pa diféran. - nos cœurs ne sont pas différents

Bondyé fè nou pou sa - Le Bon Dieu nous a créés pour cela

i ka ba nou dé non blan. - il nous donne des noms "blancs"

Otis té "Bwa Brilé" - Otis (Redding) était "Bwa Brilé"

i té ni an non blan. - il avait un nom "blanc"

Louis Amstrong té "Bwa Brilé" - Louis Armstrong était "Bwa Brilé"

ité ni an non blan. - il avait un nom "blanc"


Chœurs : 

Non nou sé bwa brilé, - Nous sommes "Bwa Brilé"

Tjé nou pa diféran - nos cœurs ne sont pas différents

Bondyé fé nou pou sa - Le Bon Dieu nous a créés pour cela

I ka ban ou dé non blan - il nous donne des noms "blancs"

Bwa brilé


 

Que pensez-vous de Bwa Brilé maintenant que vous connaissez notre histoire ? N’hésitez pas à nous laisser un commentaire pour nous le faire savoir.


Photo credits


303 views0 comments

Updated: Jul 1, 2020

Learn about Eugene Mona and about the Bwa Brilé song.

Scroll down to see the lyrics and their translation.

Pour le français c'est par ici !



EUGENE MONA (1943-1991)

Eugene Mona was a famous Martinican singer, philosopher, and cultural rebel. Although he had many opportunities to become an international star, this proud man from the mornes (hills) chose to stay in Martinique because he was so deeply rooted in his country and wanted to keep his connection with the land, his roots and the spirit of his ancestors. He performed barefoot (and often shirtless.), and thus became known as “le chanteur aux pieds nus” (the barefoot singer). Fun fact number 1: When my daughter was a child, we would call her Mona because she seriously hated to wear shoes... And while I am writing these lines I am wondering if it’s just a coincidence that today she is herself a great singer… who recently moved back home from the United States to be closer to her roots. Should she start performing barefoot? Fun fact number 2: Mona was passionate about wood, and before becoming a famous singer he was a carpenter. He even carved his own instrument, the bamboo flute, what we know in Martinique as the flûte des mornes (flute of the hills). Mona loved traditional Martinican music, but he was also fond of blues and jazz and was a great fan of Louis Armstrong

BWA BRILÉ, the song (1976)

Mona always tried to raise awareness among his fellow Martinicans about the importance of owning their identity. He himself abandoned his former name, Eugène Nilècam at a very young age so that he could own his identity. In Bwa Brilé, he reminds us that black people, including the most famous ones, have white people’s name.

Like many of Mona’s songs, Bwa Brilé is also about the living conditions in Martinique in the post-colonial era. (Martinique only became an Overseas Department of France in 1946.) He tells us about the harsh conditions under which poor black farmers lived in rural Martinique, getting up in the morning to plough the fields that very often they did not even own. He starts by singing mwen ka maré ren mwen (I tighten the rope [the peasant’s belt] around my waist), which is a sure indication that he is ready to face another harsh day, but standing up straight. And the reason why he is able to do so is because he is bwa brilé (burnt wood) – a metaphor for his black skin, that is, black for being burnt but also for having anpil san (being rich in blood.), which makes him strong.


If you want to learn more about Eugene Mona, click on the link to watch this great documentary from Nathalie Glaudon on RFO (Now Martinique Premiere Television): "Sur les traces de Mona"

Listen to the original version here or the beautiful hommage by the collective Léritaj Mona here.


And now, you have the lyrics to sing along (How lucky are you: we translated them for your):

Kreyol/English


Lè mwen lévé lé maten - When I wake up in the morning

Mwen ka pran bout kod’ la - I grab my rope

Mwen ka maré ren mwen - I tighten it around my waist (I brace myself)

pou mwen ay fè tren mwen - So I can go work on the field

é gadé zannimo mwen - And look after my livestock


Lè'y sizè mwen fini - At 6 o-clock, I'm done

Mwen ka pran gran wou-a - I grab my tools

Mwen ka lévé zyé mwen - I lift my head

Pou mwen mandé kouraj - And ask for courage

"à la divinité " - To the "divine"...


pou i pé ba mwen - ...just so He can give me

an mannyè pou mwen pa sa santi - a way to forget

lanmizè mwen (bis) - my misery.

Bondyé fè mwen pou sa - God created me for this,

I ba mwen an bwa brilé. - He gave me burnt wood

I ba mwen anpil san - He gave me tons of blood

é mwen byen rézistan - to make me strong

Dapré lé esploitan - According to the perpetrators...


man pa bel - ...I am ugly

i pa bel konpan mwen. - my partner is ugly.

Nou pa fèt pou "le luxe" - We were not made for luxury

pa menm pou "le calice" - Not even for the "chalice"

nou ni dwatèt admi - are we allowed to be accepted

dapré sa mwen ka wè, - from what I see

é mwen ka tann, é sa listwa kité ba nou, vié frè - and what I hear, and what history left for us, my brother

"dans les archives". (bis) - "in the archives".


Non nou sé "Bwa Brilé" - We are the "Bwa Brilé"

Tjè nou pa diféran. - Our hearts are the same as yours

Bondyé fè nou pou sa - God created us for this

i ka ba nou dé non blan. - and He gave us "white" names

Otis té "Bwa Brilé" - Otis (Redding) was "Bwa Brilé"

i té ni an non blan. - He had a "white" name

Louis Amstrong té "Bwa Brilé" - Louis Armstrong was "Bwa Brilé"

ité ni an non blan. - He had a "white" name


Chœurs : 

Non nou sé bwa brilé, - We are the "Bwa Brilé"

Tjé nou pa diféran - Our hearts are the same as yours

Bondyé fé nou pou sa - God created us for this

I ka ban ou dé non blan - and He gave us "white" names

Bwa brilé


 

Thoughts? Don't hesitate to leave comments to let us know how you feel about Bwa Brilé, now that you know our story!


Photo credits


50 views0 comments
bottom of page